L'alerte confinement

Publié le par Luciole

Hier, on a fait « alerte confinement ». Les adultes étaient prévenus (par mail) mais avaient tous oubliés (à part la directrice, qui avait organisé l'évènement, bien sûr). Du coup, quand la directrice a dit : « Je vais sonner ? » CollègueBlonde a répondu : « Bah non, il reste 3 minutes de récréation, quand même ! »

Soupir dépité de la directrice, qui poursuit : « Non, je vais faire sonner le pouêt-pouêt™ ! Pour l'alerte confinement ! »

Aaaaaaaaah ! En effet. Mmmh... Heureusement que j'étais dans la cour... C'était quoi, déjà, le code de la mallette de survie ? Ah oui. (Je ne peux le dévoiler, pour cause de confidentialité, évidemment.)

 

Du coup, tendus comme des arcs, nous attentions tous le signal. « Pouêêêêêêêêt ! Pouêt ! » (un coup long, un coup bref)

CollègueRebelle (aussi appelé CollègueHomme, car il est le seul) donne de la voix pour rassembler ses élèves. J'agite les bras en criant : « CE1 avec moi ! Les CE1 par ici, vite ! » Très au point... Je compte mes asticots pendant qu'ils s'engouffrent sous le préau. 10. Flûte, il m'en manque 6... Bon, on rentre, allez, vite !

« Mais qu'est-ce qu'il se passe ? »

« C'est quoi ? »

« Pourquoi on va là ? »

« Je vais vous expliquer. C'est rien. Vite ! »

Une fois dedans, je retrouve mes 6 élèves (des filles qui étaient sagement restées sous le préau dès l'entente du signal sonore), tandis que CollègueRebelle barre de son corps l'accès à l'extérieur. En effet, nous avons récupéré une grosse dizaine d'élèves d'autres classes qui n'ont pas pu rejoindre leur point de rendez-vous et tentent une sortie. Tant pis pour eux ! On les garde.

 

Les 3 classes (celle de CollègueBlonde, celle de CollègueRebelle et la mienne) s'assoient, puis CollègueBlonde explique que nous faisons une alerte confinement, et que c'est pour de faux. Ça va, personne ne panique.

Pendant que CollègueRebelle tente de joindre la directrice sur son portable (elle l'a oublié dans son sac, qui est dans son bureau. Du coup, on ne pourra jamais lui dire que nous avons les élèves manquants...) je tire la lourde mallette de survie de sous une table. Je tente d'ouvrir le cadenas... mais il nous faudra nous y mettre à deux (Merci CollègueBlonde ! ^^) pour en venir à bout.

Et là... Petit inventaire :

  • Des gobelets en plastique... mais pas d'eau (nous avons les toilettes dans le préau, en même temps) ;

  • Une radio pour écouter les nouvelles (il faut la brancher sur France Info, ai-je appris) ;

  • 7 ou 8 paquets de jeux de cartes, notamment 2 jeux des 7 familles ;

  • Une liasse de feuilles blanches et deux boîtes de Crayolas™ ;

  • Un sachet contenant exactement 10 sucres (« En cas de malaise » explique CollègueBlonde. Sur ce, CollègueRebelle me pique ma blague et simule un malaise en s'effondrant au sol, gémissant : « Du sucre... ») ;

  • 3 lampes de poches ;

  • 3 brassards réfléchissants (nous en avons déduits qu'en cas de panne de courant, la lumière de la lune (ou des lampes) se réfléchirait sur les brassards portés par les adultes et donc les enfants sauraient toujours où on est. Trop fort !) ;

  • Un gros rouleau de scotch, pour colmater les ouvertures, la ventilation (manière qu'on s'étouffe au bout d'un moment...)

 

Un enfant pose la question qui me taraude : « Et il n'y a rien à manger ?! » Hé bien non. CollègueBlonde explique qu'on peut vivre très longtemps sans manger, mais pas sans boire. Mmmmmouais... Je regarde un des petits CP, un bien dodu, et je lui souris.

 

« Il ne faut pas faire trop de bruit, pour qu'on puisse entendre la fin de l'alerte » ordonne CollègueBlonde. Elle est drôle... Le bruit enfle, enfle...

« Tu ne trouves pas qu'il fait de plus en plus chaud ? Ça va durer encore longtemps ? » s'inquiète-t-elle, assise dans son coin.

Je me lève (c'est vrai qu'on commencer à cuire, sérieux) et je fais lever mes CE1. Notre version de « The wheels on the bus » obtient le silence, et des applaudissements fournis. Les CM1 récitent les tables de multiplication, en rythme s'il vous plaît. Finalement, nous sommes en plein « Brother John » en canon, sous la houlette de CollègueRebelle lorsque la directrice vient nous délivrer. Elle est ravie. Pas de scène de panique, et nous avons créé un groupe musical.

Elle explique ce qui s'est passé, comment ça se passerait dans la réalité, et répond aux questions. Finalement, nous rentrons en classe, et là nous mettons au point, ensemble, un plan d'action (Qui fait quoi ?) Nous envisageons toutes les solutions : « Et si on est en sport ? » « Et si on est dans les toilettes des garçons ? » J'enseigne aux enfants où trouver le médicament pour l'asthme d'un des élèves, et où trouver la clé du tiroir où il est enfermé (le médicament, pas l'enfant). Bref, un grand moment. Presque, on voudrait que ça arrive en vrai !

 

Commenter cet article

Hugo 26/07/2010 20:32


C'est quoi une alerte confinement? Vous avez un site SEVESO à côté ou quoi?


Luciole 02/08/2010 16:39



Nan, mais on a une autoroute, alors un camion contenant des déchêts toxiques pourrait se renverser, si j'ai tout bien compris.