La violence à l'école... mais pas celle qu'on croit !

Publié le par Luciole

Engagez-vous, qu'ils disaient ! J'aurais dû me méfier... Pourquoi ? Parce que ce soir, pour la seconde fois de ma courte carrière, je me retrouve en butte à la colère d'un parent. Qu'ai-je fait ? Ai-je commis une infraction ? Ridiculisé un élève ? Est-ce que je lui ai fait sa fête dans une sombre ruelle pour lui apprendre à ne pas souligner la date en rouge, nom de nom, en rouge ?!

Que nenni. Je l'ai un peu grondé (sans élever la voix, je précise). Je lui ai dit que si j'entendais dire qu'il avait participé au chahut de la classe (il est dans une autre classe que la mienne, mais la remplaçante en voit de toutes les couleurs, en ce moment. Ils sont en phase de test, je présume...) ou si je le voyais faire à nouveau, j'en avertirai immédiatement sa mère. Est-ce que c'était clair ? Voilà. Pas de hurlement, pas de punition, même pas de mention aux parents.

Seulement... C'était sans compter l'irruption du père (que je n'avais jamais vu, même si j'ai son frère en classe...) La scène se déroule vers les 17 heures. J'ai « averti » le petit sur le pas de la porte, il est vrai, juste avant de le lâcher. Un homme surgit devant moi, l'air furieux, et me lance :

« Il y a un problème ? »

Je ne suis pas du genre à me démonter. J'ai horreur qu'on utilise l'intimidation, sur moi ou sur qui que ce soit d'autre... Je plante donc mes yeux dans ceux du bonhomme et je rétorque, calmement et poliment : « Oui, avec votre fils. » J'explique brièvement que c'est une histoire d'avion en papier. Rien à ajouter. Je n'ai pas l'intention de « coopérer »...

Monsieur n'apprécie pas.

« Le nom ! » aboie-t-il impérieux. Je crois un bref instant qu'il veut que je lui donne le nom de son gamin (mais pourquoi donc ? Il ne les reconnaît pas ?!)

Devant mon silence, il insiste : « C'est quoi votre nom ? » Je suis décontenancée. Il ne sait donc pas que je suis l'enseignante de son autre fils ?

Je décline mon identité, précisant au passage : « Et je suis la maîtresse de X. » Vlan. Pense-t-il que je vais courir me cacher ?

« C'est tout ce qu'il me fallait. Je vais m'occuper de votre cas... » m'assène-t-il avant de tourner les talons. Plaît-il ? Je suis offusquée. Derrière moi, une des dames de la garderie lâche un : « Hé ben ! Il se prend pour qui ?! »

Je tourne la tête et aperçois les trois stagiaires, juste derrière moi, qui ont assisté à la scène. Elles ont l'air choquées. Un peu comme les mères d'élèves les plus proches... Bon, il y a de multiples témoins... C'est déjà ça ! Les stagiaires me demandent si ça va, si je ne suis pas trop tourneboulée... Non, non, ça va. Ça ne fait jamais plaisir, mais bon... Ce n'est pas comme si j'avais pris ce gars au sérieux.

 

La directrice arrive quelques minutes plus tard. Elle vient de recevoir un coup de fil un peu étrange. Un père d'élève qui se plaint de « l'attitude de la jeunette qui n'est pas maîtresse » envers son fils. (Je note qu'il n'a pas retenu ni mon nom, ni ma qualité d'enseignante de son autre fils...) Elle demande donc aux stagiaires laquelle a eu un souci.

J'interviens : « Non, non, la jeunette c'est moi. Mais je suis maîtresse. Il n'est pas bien renseigné ! » (Bon, en même temps, il m'a traitée de jeunette, il y a pire. ^^)

 

J'explique l'affaire à la directrice, les stagiaires confirment... Elle me sourit : « Bon... On va le convoquer pour tirer ça au clair. Mais ne t'en fais pas, ce n'est pas la première fois qu'il menace l'école. » Oui, enfin là, c'est moi, pas l'école... Mais je serai curieuse de voir la réaction de sa femme, toujours très douce et souriante, très discrète... En même temps, ceci explique peut-être cela. Peut-être qu'elle va lui apprendre la grande nouvelle elle-même : « Tu n'as pas hurlé sur une stagiaire, mais sur la maîtresse de ton autre fils. Maintenant, je vais me taper la honte tous les jours à la sortie de l'école, bravo ! » 

 

 

 

Et puis, pour finir en beauté : entendu aujourd'hui en anglais (leçon sur les couleurs) :

 

"What's this colour ? It's like an elephant..." (Je montre la flashcard grise) :

"It's pink !" s'écrie une élève.

 

"Oh, ma chérie... Si tu vois des éléphants roses..." Je me suis interrompue à temps. ^^

 


 

Commenter cet article