Panique chez les elfes

Publié le par Luciole

 

 

Les objets en pièces détachées zigzaguaient lentement sur les chaînes de montage. Ici une poupée, là un camion de pompiers, là encore une Nintendo DS... A cette heure matinale, la plupart des elfes étaient déjà au travail, sifflotant ou chantant à pleins poumons les chants de Noël que les hauts-parleurs diffusaient non-stop depuis plusieurs semaines.

« J – 4 ! » proclamait gaiement l'immense horloge murale. Une légère odeur de cookies et de pain d'épice flottait dans l'air...

Soudain, des pas précipités retentirent dans l'atelier. Un elfe de petite taille (pour un elfe) slaloma jusqu'à un coin reculé du hangar. Là, après une brève hésitation, il tira sur la manette d'arrêt d'urgence des machines. Dans une effroyable cacophonie de grincements, les chaînes de montage s'immobilisèrent. Au même moment, les hauts-parleurs se turent.


Un murmure parcourut l'assemblée, chacun cherchant à localiser l'origine de l'interruption. Le petit elfe bondit sur le tapis roulant le plus proche et laissa tomber cette nouvelle :

« Écoutez-moi ! Écoutez-moi ! C'est terrible ! Le père Noël va renvoyer l'un de nous d'ici la fin de la journée ! »

Albin Bouledeneige fronça les sourcils. Il n'aimait pas beaucoup les excités comme Grain de Poivre. Si l'on se précipitait, on risquait de commettre des erreurs. Il était bien placé pour le savoir, puisqu'il était en charge de décider qui avait été sage et qui s'était comporté en polisson durant l'année.

« Allons, Grain de Poivre ! Qu'est-ce que c'est encore que ces histoires ? Nous ne sommes pas en avril je te signale ! » lança-t-il de son ton le plus autoritaire.

Quelques rires accueillirent son intervention, mais Grain de Poivre ne se démonta pas.

« Je dis la vérité ! C'est Marie Sucre Candy qui me l'a dit ! Elle a entendu M'sieur Noël le dire à sa femme hier soir, dans la cuisine. »

L'inquiétude commençait à s'insinuer dans les esprits... Et si Poivre disait vrai ? Il y avait eu un ralentissement notable dans la production, ces dernières années... Les enfants grandissaient de plus en plus vite, et à partir d'un certain âge, ils préféraient recevoir de l'argent et choisir eux-mêmes leur cadeau après coup. Ça avait justement été le sujet d'une discussion houleuse au Renne Joyeux l'autre soir.

« Si c'est vrai, Marie peut nous le dire elle-même. Où est-elle ? » insista Albin, qui n'entendait pas laisser le système bien rodé s'enrayer à seulement quelques jours de Noël.

« Je suis là, Albin. »

Marie Sucre Candy, une des rares elfes de sexe féminin, s'avança vers Grain de Poivre. Son travail consistait à aider la mère Noël à confectionner les sucreries de Noël, celles qui seraient glissées dans les chaussettes accrochées à la cheminée ou les chaussures déposées au pied du sapin.

« Ça s'est passé hier soir. J'étais dans la cuisine, en train de mettre la dernière main aux bonshommes en pain d'épice, lorsque Monsieur Noël est arrivé. Il était très agité, et c'est probablement pour ça qu'il ne m'a pas remarquée. Il a expliqué à Mme Noël que c'était la crise, et que pour être compétitif sur le marché du jouet il lui fallait s'adapter. Il va renvoyer l'un d'entre nous ! Il annoncera sa décision dans la journée. »

Un silence de plomb accueillit cette confirmation. Chacun regardait ses voisins, tentant d'évaluer qui avait le plus de chances de se faire renvoyer.

 

« Qu'allons-nous faire ? Nous avons toujours travaillé avec Monsieur et Madame Noël...

« Qui d'autre embaucherait des elfes, en plus ? »

« Je travaille ici depuis plus longtemps que toi, il est normal que ce soit le dernier arrivé qui parte en premier. »

« Et si on votait ? »

Mais oui, un vote ! Démocratique, égalitaire, sans contestation possible. Il suffirait d'aller porter le résultat du scrutin à Monsieur Noël et voilà. Albin commençait déjà à mieux respirer.

« Silence ! Écoutez-moi tous ! » cria-t-il de sa plus grosse voix, en grimpant aux côtés de Marie et Poivre. « Nous allons procéder à un vote ! Déjà, qui est pour que l'on vote ? »

Une véritable forêt de mains s'éleva. Après tout, Albin était là depuis presque aussi longtemps qu'Étoile du Nord, celui qui avait aidé le Père Noël à trouver l'endroit parfait pour son village.

« Bien. Je propose un vote à bulletin secret, afin d'éviter toute influence extérieure. Il nous faut du papier, des crayons et un sac. Marie, Poivre, rassemblez le matériel, et retrouvons-nous ici d'ici un quart d'heure pour le vote. Bonne chance à tous et à toutes ! »

 

* * * * * * * * * *


A l'heure dite, tous les elfes étaient rassemblés dans l'atelier, chacun muni d'un papier et d'un crayon.

Albin s'éclaircit la voix : « Je vous rappelle les modalités du vote. Chacun d'entre vous doit écrire le nom de celui ou celle qu'il souhaite voir éliminé. Il est interdit de signer ou de marquer les bulletins de manière à ce qu'on puisse éventuellement les reconnaître. Ceci est un vote à bulletin secret ! Si vous n'arrivez pas à choisir, vous avez aussi la possibilité de mettre un bulletin blanc. Encore une fois... Bonne chance à tous et à toutes. »

 

Les minutes qui suivirent furent extrêmement éprouvantes. Un à un, chaque elfe déposa son bulletin dans le grand sac qui servait d'ordinaire à transporter les jouets. Lorsque tout le monde eut voté, Albin, Marie et Poivre procédèrent au dépouillement. Ils comptèrent et recomptèrent, afin d'éviter toute erreur. Finalement, le moment vint d'annoncer le résultat du scrutin. Les elfes retenaient leur souffle... Et si... Non, mais tout de même... Ils étaient conscients de vivre un moment historique, un événement inédit de mémoire d'elfe tout du moins, dans toute la Laponie !

 

Un peu nerveux, Grain de Poivre grimpa sur la plus haute machine. Il déglutit, parcourant l'assemblée du regard.

« Ayant été convenu au préalable que le résultat du scrutin ne peut pas être discuté ou remis en cause... Ayant été également convenu par avance que ceci est la décision de la majorité, et qu'en tant que telle, elle a valeur de loi... Voici les résultats du vote ! Celui qui devra donner sa démission avant le coucher du soleil est... le Père Noël !»

 

Et c'est depuis ce jour que les elfes vivent en communauté auto-gérée et produisent des jouets estampillés commerce équitable pour tous les enfants de la Terre, même les polissons.

Publié dans Histoires

Commenter cet article

Rustre_de_l'ovalie 26/07/2010 03:14


Mais personne pour distribuer les jouets :(. Pôvres enfants...


Luciole 02/08/2010 16:36



Pardon, mais... Penses-tu donc que les elfes ne sauront pas résoudre le problème ? Peut-être embaucheront-ils, peut-être sous-traiteront-ils avec la Poste, ou qui sait... La Mère Noël avait
peut-être envie d'essayer ? Personne n'a dit qu'elle avait suivi son infortuné mari...